Les résidents de l’EHPAD de l’Hôpital de Cimiez (CHU de Nice) ont, depuis peu, droit à des ateliers d’un genre particulier ! L’association niçoise La Bulle (laboratoire d’arts numériques) leur apprend à utiliser des tablettes numériques. L’objectif ? Ne plus avoir peur des nouvelles technologies et communiquer plus facilement avec leurs enfants et petits-enfants. Une véritable aubaine pour s’ouvrir au monde extérieur !

L’association La Bulle a pour but d’organiser des ateliers éducatifs sur l’utilisation du numérique. Elle est donc, à la base, orientée vers les enfants. Mais les animateurs se sont rendus compte que les seniors pouvaient aussi en avoir besoin. Le numérique permet en effet de stimuler leur mémoire, mais pas seulement : il leur donne la possibilité de partager leurs souvenirs et de se reconnecter à la réalité.

Découvrir et communiquer

Quatorze tablettes sont aujourd’hui disponibles pour les résidents de l’EHPAD de Cimiez. C’est le Professeur Olivier Guérin, adjoint au maire de Nice délégué à la santé et Chef du service Gérontologie du CHU de Nice, qui a demandé à l’association de concevoir ces ateliers à destination des séniors. « Je suis persuadé de leur effet bénéfique, affirme-t-il. L’EHPAD est d’abord un lieu de vie avant d’être un lieu de soins pour les résidents. Il est donc important de stimuler leur intérêt et de créer des choses avec eux. » En effet, le numérique fait travailler la mémoire, mais surtout la créativité. Emmanuelle Fevre, Directrice pédagogique de La Bulle, anime une partie des ateliers. « Notre but est de leur apprendre, avec les autres animateurs, à se servir d’un moteur de recherches, faire des photos ou des vidéos, jouer à des jeux, se tenir au courant de l’actualité, détaille-t-elle. Mais pas seulement ! Nous leur permettons aussi de contacter leurs familles. » Marie-Antoinette, l’une des pensionnaires, a expérimenté Skype. « J’ai ainsi pu parler à mon unique petite fille, partie vivre aux Etats-Unis », sourit-elle, ravie par l’expérience.   

Partager son expérience

Les tablettes permettent également de renouer avec le passé des résidents. Avec les animateurs, ils font des recherches sur internet afin de retrouver des images familières, comme des lieux de vie. Ils filment même les résidents pendant qu’ils leur racontent des morceaux de leur passé, puis construisent des « albums numériques » de souvenirs. Chaque page est un vraie plongeon dans le temps, illustré par les images trouvées sur internet. Ensuite, les pensionnaires visionnent tous ensemble les vidéos et partagent leurs expériences personnelles. « Le but n’est pas qu’ils soient autonomes, chacun sur leur tablette, ce serait trop isolant, explique Emmanuelle Fevre. C’est plutôt qu’ils puissent découvrir ensemble et créer des liens ». Tisser des liens entre pensionnaires, oui, mais aussi renouer avec la famille… Souvent, les seniors ne savent pas de quoi parler avec leurs petits-enfants. Partager ces albums ou leur envoyer des vidéos permet de briser la glace.