Un sport de force pour accompagner une maladie qui affaiblit… Fanny Lacrampe et Virgile Klauder ont allié leurs métiers de kinésithérapeute et de coach sportif pour venir en aide aux patients atteints de Parkinson. Un pari qui a payé.

Par Laure Giorgis

La boxe les a réunis pour se lancer dans une nouvelle aventure. Au cabinet de kinésithérapie de Fanny, les patients atteints de la maladie de Parkinson ont été de plus en plus nombreux. « Ils viennent pour se soulager mais, dans un cabinet, le cadre est tout de suite solennel », entame Fanny. Les premiers cours, lancés début 2019, s’adressent aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Elles ont entre 55 et 85 ans et sont venues s’entraîner à une pratique unique et adaptée à cette pathologie qui touche le système nerveux. La douzaine de participants a pu travailler la posture, les réflexes, la force mais aussi l’équilibre. Des notions difficiles lorsque les membres sont profondément affectés par la maladie… Sans compter la répercussion sur le plan moral. « L’aspect psychologique n’est pas négligeable, poursuit la kinésithérapeute. Les patients ont souvent l’impression de se battre contre la maladie et sont isolés. Les ateliers sont faits pour qu’ils puissent être réunis et s’amuser avant tout ».

Démocratiser la boxe
« Il y a 100% de retours positifs », confie fièrement la jeune femme. Les deux amis ne s’attendaient pas à un tel engouement et ont bien l’intention de continuer sur cette lancée. « L’idéal serait des séances plusieurs fois par semaine, mais nous sommes à la recherche d’un local pour le moment ». Des cours possibles grâce à une formation qu’ils ont tous les deux réalisée aux États-Unis, le « Rock Steady Boxing ». « Nous sommes les premiers à l’obtenir, conclut Fanny. C’est très gratifiant de pouvoir aider des personnes à s’épanouir à malgré la maladie ».