Ville de Nice : Cap sur la vaccination !

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, les vaccinations sauvent la vie de 2 millions de personnes chaque année dans le monde. Des campagnes internationales ont permis l’éradication de nombreuses pathologies comme la variole ainsi qu’une large baisse de la poliomyélite ou encore la rougeole. Mais des maladies continuent de sévir à travers le monde alors que des vaccins existent, il est donc indispensable de poursuivre ces campagnes. C’est dans cet esprit que la Ville de Nice lance cette année «Vacci’ Nice», un carnet de vaccination gratuit, dédié aux habitants afin qu’ils n’oublient jamais ce geste bénéfique sur le plan individuel et collectif.

«Discuter de l’intérêt de la vaccination, c’est tout simplement avoir oublié notre histoire. Pas seulement celle de Pasteur, mais aussi l’impact bénéfique qu’a la vaccination depuis des années, c’est à dire la disparition de certaines pathologies ainsi que la réduction presqu’à néant de certaines autres, entame le Docteur Hervé Haas, Chef de Service Urgences Pédiatriques & Infectiologie du CHU Lenval à Nice. La vaccination présente tout simplement un intérêt pour la santé publique (d’un point de vue personnel et collectif)»... Mais pas seulement. On parle également d’intérêt économique à grande échelle avec une diminution du recours aux soins, des hospitalisations ainsi que des handicaps ou de l’absentéisme au travail. « J’ai constaté depuis un certain nombre d’années une certaine réticence et un désintérêt de la population à la vaccination, alors même que certaines maladies infectieuses qui avaient pratiquement disparu refont leur apparition. Par exemple, épidémie de rougeole dans les pays de l’Est et coqueluche dans les pays ango-saxons… Pourtant, la vaccination est l’un des grands succès de la santé publique, des millions de vie ont pu être sauvés grâce à ce geste de prévention ! Renchérit le Professeur Oliver Guérin, Chef du service de gériatrie au CHU de Nice et Adjoint au Maire de Nice délégué à la santé. La vaccination est le moyen de prévention le plus efficace aujourd’hui pour lutter contre certaines maladies infectieuses (tétanos, rougeole, coqueluche, grippe, méningite…). Elle permet de se protéger soi-même et de protéger les autres, notamment les personnes les plus fragiles de son entourage (nouveau-nés, femmes enceintes, personnes âgées…). »

Vacci’Nice, pour éviter tout oubli

La Ville de Nice gérait déjà le fichier vaccinal de la population, un service permettant aux personnes qui y sont inscrites de bénéficier gratuitement d’un accompagnement personnalisé pour le suivi de leur situation vaccinale, d’un état récapitulatif des vaccins sur simple demande et d’être informé des éventuelles alertes sanitaires concernant les vaccins. Désormais, tous les Niçois auront également droit à un Carnet de Vaccinations personnel et gratuit : Vacci’Nice. « Cette opération a été lancée dans le but d’assurer une couverture vaccinale suffisante pour éviter la survenue des maladies évitables par la vaccination, car il est quand même regrettable qu’à notre époque on puisse encore décéder d’une de ces maladies, poursuit Olivier Guérin. Ainsi, un certain nombre d’actions va être mises en place. La réalisation d’un site Internet dédié à la vaccination et à l’opération VACCI’NICE. Ce site sera accessible aux professionnels et au grand public pour leur permettre de trouver rapidement des infos. Un carnet de vaccination municipal. Il s’agit d’une création de la ville, outil qui permettra de suivre l’état vaccinal de la population. Sera mis à disposition gratuitement de tous les professionnels de santé (médecins, pharmaciens…). Des actions dans les écoles et les lycées (tétanos au lycée Paul Augier, par exemple). Une mise en œuvre de la Journée de la Vaccination pendant la semaine européenne de vaccination (ateliers, colloques..) ainsi qu’une campagne de communication avec des affiches impliquant des personnalités niçoises connues et reconnues. VACCI’NICE doit permettre, grâce à toutes ces actions, et avec l’ensemble des partenaires institutionnels publics et privés impliqués dans le projet d’améliorer progressivement la couverture vaccinale pour atteindre les objectifs fixés par la Loi de Santé Publique. »

Poser les bonnes questions

« Aujourd’hui, le problème vient du fait que la population n’est pas contre, mais n’a pas les clés en main. J’entends souvent dire « Pourquoi doit-on vacciner un nourrisson si jeune ? » Tout simplement car c’est à cet âge là que la réponse immunitaire est la meilleure, affirme le Docteur Haas. C’est également le cas à l’adolescence… Mais à cette période, il est difficile de mettre la main sur eux ! » Avoir une très bonne couverture vaccinale passe donc pas la vaccination du nourrisson. Quand aux idées reçues sur l’association d’autres maladies comme la sclérose en plaques, « ce sont des polémiques propres à la France ! Des messages erronés qui se propagent beaucoup plus facilement avec internet et que nous n’avions pas il y a 20 ans. » Idem pour les vaccins conseillés comme celui pour lutter contre le cancer du col de l’utérus. « Ici aussi, c’est une polémique Française. Les autres pays ont compris depuis longtemps qu’il fallait vacciner les jeunes filles pour éviter les lésions pré-cancéreuses, les difficultés à avoir un enfant… Certains pays ont des taux de vaccination allant jusqu’à 80% contre 17% en France. Et ces mêmes pays vaccinent même les hommes, porteurs des HPV… Des tas d’études ont été réalisées dans le monde entier et prouvent qu’il n’y a pas plus de maladies auto-immunes, de diabète ou d’asthme chez les jeunes filles vaccinées. Une seule étude montre un léger signal avec 1 à 2 filles sur 100 000 présentant un syndrome de Guillain-Barré. Mais la balance bénéfices/risques est nettement supérieure, c’est indéniable.”

Mises à jour régulières

Vous l’aurez bien compris, se faire vacciner est un véritable geste citoyen. « Je trouve que le projet de la Ville de Nice est vraiment positif, souligne le Docteur Haas. C’est important d’un point de vue proximité car les gens se sentent forcément impliqués et cela va également permettre de répondre aux questions que le grand public se posent car les conseils en matière de vaccination peuvent régulièrement changer, notamment dans le cadre des maladies infectieuses qui bougent régulièrement ! » L’objectif est donc de maintenir ce suivi dans le temps, tant pour la population médicale que générale. « Dans l’ensemble, les gens sont inquiets parce qu’ils manquent d’informations et c’est pour cela que certains se servent de la vaccination comme d’un sujet polémique. C’est dommage car cela a un réel intérêt commercial pour eux, sauf que l’enjeu est bien plus grave », conclut le Chef de service.

Faites-vous vacciner gratuitement à Nice !

La Ville de Nice dispose de 4 centres de vaccinations publiques et gratuites. Il suffit de vous y présenter, sans rendez-vous, munis de votre attestation de sécurité sociale ou d’AME ou de votre carte vitale et avec le carnet de vaccinations (facultatif). A noter que des séances de dépistage du diabète et du VIH sont également organisées dans ces centre.

Centre Ville

10 rue Hancy

Séances de vaccinations Le lundi et le vendredi de 08h30 à 10h00 et le mercredi de 13h30 à 15h30

L’Ariane

Maison des solidarités et du partage, avenue Emile Ripert

Le mercredi de 13h30 à 14h30

Nice Est

Pôle social Roquebillière, 4 rue Jules Michel

Le mercredi de 13h30 à 14h30

Nice Ouest

Immeuble Santorin,  19 avenue martin Luther King

Mercredi de 13h30 à 15h30 et le vendredi matin pour les tubertest de 08h30 à 11h30

Pour tout renseignement : 04 92 17 44 90 ou service : vaccinations@ville-nice.fr