Cap sur : les légumes oubliés !

Cultivés à la préhistoire ou consommés pendant la guerre… Bon nombre de légumes ont été détrônés de nos assiettes, pour laisser place à une nouvelle génération ! De la famille des légumes-racines, ils étaient particulièrement appréciés car très résistants aux basses températures et aux insectes. Ils étaient également très riches et se conservaient longtemps… De quoi traverser les hivers rigoureux ! Voici le top 5 de ces légumes qui ont tout à gagner à être (re)connus.

Par Amélie Hamelet

Le Crosne, ou crosne du Japon, est une plante originaire de Chine. C’est le tubercule, partie inférieure de la plante, qui se consomme. Avec son léger goût de noisette, on peut le cuisiner de plusieurs façons. Sa particularité ? Il ne contient aucun lipide, ce qui en fait un aliment très peu calorique. Il aide également le corps à maintenir sa température car il est riche en amidon et glucides. C’est le légume de l’hiver !

Le Topinambour, surnommé artichaut de Jérusalem ou poire de terre, est une plante voisine du tournesol. Là encore, ce sont ses tubercules qui sont comestibles. Son goût se rapproche de celui de l’artichaut. Mais l’intérêt majeur de ce légume est qu’il contient énormément d’inuline (glucide proche de l’amidon) ! Résultats? Des effets bénéfiques sur les personnes diabétiques. Il procure également une forte impression de satiété, utile lors d’un régime alimentaire.

Le Rutabaga, qui s’apparente au navet fait partie de la famille des choux. C’est un légume d’hiver originaire de Suède avec un goût très singulier. Bon pour l’organisme, il contient énormément de vitamine C, même cuit. Il aide à la digestion et facile le transit pour les personnes atteintes de constipations régulières. Mais il est également très bon pour le cœur, le rutabaga permettant de réguler la pression artérielle car riche en potassium.

Le Panais, autrefois cultivé comme plante fourragère mais dont la racine ressemble beaucoup à la carotte. C’est un légume très aromatisé, au goût légèrement sucré. Déjà cultivé au Moyen Age, on le trouve aujourd’hui en Grande-Bretagne et au Maghreb principalement. Cuisiné cuit en condiment, soupe ou potage, on le retrouve aussi dans les recettes de couscous. Et pourtant, il s’agit d’un allié minceur de choc ! Très peu calorique, il contient des vitamines B1, B5, B9, vitamine 9 et C. Il offre un apport énergétique plus important que la carotte et permet le bon fonctionnement de l’organisme.

La Vitelotte.

Il s’agit d’une variété de pomme de terre bleue de peau et de chaire. Elle est également appelée « négresse » ou « truffe de Chine ». Légèrement plus longue à cuire que les autres variétés de pomme de terre, elle a également la particularité de ne pas absorber les graisses lors de sa cuisson. Elle est donc principalement cuisinée en frites ou en chips. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les bienfaits de ce légume ne sont pas à négliger. Sa consommation régulière permet de réduire efficacement l’hypertension artérielle et de prévenir des maladies cardiovasculaires. Elle tient sa couleur si singulière de son importante teneur en anthocyanine. Des pigments au pouvoir antioxydant qui protègent des cancers.