Accéder au bonheur, quel qu’il soit est l’objectif de chacun. Plus facile à dire qu’à faire, nous nous sommes inspirés des techniques danoises pour vous aider à le trouver. Pourquoi le Danemark ? Pour la simple raison que ce pays a un des taux de «bonheur attitude» le plus élevé au monde. Immersion !

Par Elise Fort

 

La paix intérieure attire tout un chacun, mais sa recette n’est pas toujours connue de tous. En France, seulement 20 % de la population se dit vivre dans le bonheur. Mais contrairement à ce que nous pensons, ce dernier n’arrive pas par hasard, ni avec de bonnes nouvelles. Le bonheur dépend à 50% de vos gènes, qui font que vous voyez le verre à «moitié plein» ou à «moitié vide». 40% dépend ce que vous faites avec, c’est-à-dire, comment cela vous affecte, à quels degrés. Et enfin, seulement 10% dépend de ce qui vous arrive.

S’écouter par fidélité

Nous vivons de plus en plus dans une société de mimétisme. Bon nombre imagine une vie rêvée de tous… Résultat ? Réaliser machinalement ce que les autres font ou aimeraient que vous fassiez. A force de suivre ces fausses pistes, vous vous oubliez. Le bonheur passe par un respect et une écoute de soi. Malene Rydahl, auteur du livre Heureux comme un Danois, parle «d’un alignement entre ce qu’on est et ce que l’on fait».  Pour s’écouter il est nécessaire de connaître ses valeurs. Ce n’est pas prétentieux de savoir si vous êtes cultivé, solidaire, fervent croyant de l’amour, souriant, curieux … Regardez-vous et ce qui vous construit. Vous êtes votre meilleur ami, il est primordial de s’être fidèle. «Nous avons tendance à oublier l’enfant que nous étions et qui réside en nous.»  précise la danoise Malene Rydahl. Le deuxième conseil serait d’avoir des attentes réalistes… Et de l’ambition ! Mais regardez le chemin que vous empruntez plutôt que le but. Le parcours fait ce que vous êtes et moins le statut que vous incarnez. Il faut apprendre à savourer et s’émerveiller tous les jours. Il est triste de banaliser ce qui vous entoure, cela ne vous aidera pas à voir le bonheur pointer le bout de son nez. Selon une étude des Echos, 47% des Français vivent à côté de leur vie. Alors levez-vous le matin avec de nouveaux challenges, avec le sentiment de contribuer à un projet ! Gardez en tête que rien n’est acquis, sinon vous risquez d’en vouloir toujours plus et vous rentrerez dans le cercle vicieux de l’insatisfaction. Tournez-vous vers ce que vous avez déjà, et conservez-le.

Une éducation à transmettre 

Comme dit précédemment, le bonheur vient en grande partie de la confiance. Ce n’est pas en surprotégeant votre enfant qu’il va mieux s’épanouir, ni même s’affirmer. Au Danemark, simplicité et bienveillance sont les maîtres mots dans l’éducation des enfants. Très tôt dans ce pays nordique, les jeunes Danois se donnent des responsabilités et deviennent indépendants. Ils savent qui ils sont et tracent leur chemin. La cellule familiale n’est pas entravée pour autant, elle est conservée avec des moments privilégiés comme les «hygge». Allumer des bougies, boire un thé ou se mettre à table et oublier les écrans… C’est un moment de partage, de discussion. Etre là, à cet instantprécis en créant son petit univers ! «Hygge» ou «cocooning» plus qu’une mode, ces moments nous reconnectent avec le présent et son entourage… Il n’y a plus qu’à s’en inspirer !

Infos pratiques :

Ouvrages de Malene Rydahl
Heureux comme un Danois, Editions Grasset
Le bonheur sans illusions, Editions Flammarion

Propos recueillis suite à la conférence : 

Demain, le bonheur ? « Les leçons du modèle Danois » le 3 février 2018 au Palais des Congrès d’Antibes Juan-les-Pins dans le cadre des rencontres d’Antibes, Demain, l’Humain ?